EDITO MOTARD FROM LARZAC

Pourquoi ?

Pourquoi faire un «édito motard from Larzac » ? D’abord parce que nous aimons ça ! Ou plutôt Olivia adore le Larzac sous toute ses formes, et Laurent a un passé d’édito motard sur feu lesmotards.com. Pour être plus précis, Olivia vous fera profiter de ses photos qui viendront illustrer le propos, ou pas d’ailleurs !

Causer dans le post

De quoi qu’est-ce qu’on va bien pouvoir causer dans le post (jeu de mot subtil, et je remets 100 balles dans le nourin nourit aux larves de buis, on vous expliquera !) ? De fait sociétal qui interpelle le motard et/ou l’humain du Larzac. Ca tombe bien, c’est le même, et on espère que ce n’est pas un propos schizophrénique. Démonstration : d’abord, et nous tenons d’entrée à la préciser, le fait que l’on oppose motard à écolo (donc quand on entend Larzac on se dit que l’écolo qui garde les chèvres n’est pas loin !) nous procure la même sensation que si on parlait de manteau de fourrure synthétique à une colonie de phoques ! Cette opposition est factice, comme diviser pour mieux régner ! Nous on préfère rassembler, fédérer, y compris les gens différents ! Surtout les gens différents, c’est plus riche ! Et puis on est là aussi pour revenir sur quelques préjugés sur le Larzac. Y’en n’a pas ? Mais si regardez plus haut, des chèvres sur le Larzac. Oh il doit bien en avoir une ou deux, mais le Larzac, ce sont des biquettes, pas des chèvres ! Donc si vous voulez garder un truc, garder les brebis, mais je m’égare, et pas de Saint Lazare (spécial dédicace à un vieux lecteur, fan de Desproges dont le jeu de mot est issu, il se reconnaîtra !)

Le couple béton+tourisme de masse plus écolo que la moto

Cette semaine, une info a particulièrement attiré notre attention : l’annulation d’une course moto dans le sable (lien ci-dessous). Pour vous expliquez mes états d’âme sur le sujet, je vais faire un petit retour, non pas en arrière car ça serait un pléonasme, mais sur mon passé de motard d’enduro. J’ai couru l’endurance de sable du Listel, interdite pour cause de protection du littoral dans les années 90. Nous avions une course par an entre Sète et Agde, le long de la voix de chemin de fer, et une fois la course finie, l’organisateur remettait tout en état en passant notamment une niveleuse pour le sable. Mais non, il fallait protéger le littéral, course interdite et puis c’est tout. Non ce n’est pas tout à fait tout : allez du côté du Listel aujourd’hui, vous pourrez y acheter un studio avec vu sur la mer, à l’emplacement même ou j’étais déposer par Jean Jacques Bruno ou Stéphane Peterhansel (les fans de century21 se font expliquer par les lecteurs de feu Moto Crampon). Elle est où la loi littorale ? Ah ben c’est sûr, ça rapporte plus qu’une centaine de motos, c’est politiquement correct en plus. Et donc là où la moto est interdite, les immeubles pour le tourisme de masse est autorisé !

La loi se lézarde…

Salop de motards ! Voilà-t-y pas qu’ils remettent ça dans l’Oise. Mais là, c’est une autre affaire : le lézard est dérangé par les motards : oui, la course sur sable est interdite pour ne pas gêner notre reptile à queue repoussante ! Nous pourrions largement l’entendre si ce n’est d’une part que le PNR (Parc Naturel Régional) a largement modifié le circuit : pourquoi le modifier si c’est pour dire niet ensuite ? D’autre part, des centaines de milliers de visiteurs viennent sur ce site. Pourquoi ? Pour visiter le parc d’attraction de la mer de sable et ses 4 restaurants ! Oui du tourisme de masse qui ne semble en aucun cas gêner le lézard ! Heureusement, et ce n’est pas la première fois, la FFM, la fédération sportive des motards, attaque l’arrêté préfectoral. Elle a déjà eu deux fois gain de cause du côté de Marseille pour une course moto d’enduro interdite alors que même terrain voyait passer des chars d’assaut ! C’est sûr, l’impact d’un char d’assaut fasse à une moto…. La FFM a gagné le procès ! Deux fois contre le préfet ! Et là comme ça me rappelle mon Listel…

Olivia et Laurent Chez Raoul

Motards from Larzac

Le thème de l’édito : http://www.leparisien.fr/ermenonville-60950/oise-un-lezard-vient-a-bout-de-l-enduro-de-la-mer-de-sable-03-11-2017-7370337.php

Photo Olivia : la transhumance des brebis (et pas des chèvres !!!)

2 Responses so far.

  1. JCMotard dit :

    À titre perso, je me demande si les loisirs motorisés en général ont encore un sens aujourd’hui. Personne n’ignore que l’émission de gaz à effets de serre est nuisible au climat, les NoX aux poumons, et que les ressources en pétrole sont limitées. Le bon sens voudrait qu’on apprenne à se sevrer des dérivés du brut, le plus tôt le mieux. Pourquoi ne pas commencer par ce qui est le moins indispensable, comme la compétition ?
    Attention m’sieurs dames, je cherche pas la guerre avec mes homologues motards, je me me demande juste si cette remise en cause n’est pas nécessaire. Quitte à faire des sacrifices, je préfère laisser ma bécane au garage et continuer à voir nos assiettes remplies encore longtemps (engrais = pétrole) et les médocs dispos à un prix décent (idem) pour mes enfants…
    Ça n’enlève rien à l’absurdité du bétonnage pour le tourisme de masse, mais disons que j’estime que le débat mérite d’être un peu plus large

    • Salut,
      Cette question nous nous la sommes posée longtemps… aux 24 heures Moto. Et nous disons oui, mais avec des priorités. Explication : une course comme les 24 heures moto au Mans représente 2% de l’émission de CO2. Les spectateurs venus en nombre représentent le reste !!! Donc avant de s’attaquer aux courses il faut s’attaquer à Mickey par exemple, grand pourvoyeur de déplacement et tout aussi indispensable que les 24 h… En d’autres termes, pour notre part, nous sommes tout à fait ouvert à ce débat à condition qu’il soit aborder de manière globale. Une industrie agroalimentaire qui représente 20% de la nourriture mondiale mais 80% de la consommation énergétique pour cette production, ça pose un problème plus crucial qu’une course moto. Vient faire un tour chez Raoul, on se matte « En quête de sens » et tu verras quand on pose le problème globalement, la course moto occupe une aussi large place que les éponges comme solution à la montée des eaux du aux changements climatiques…
      Merci pour ton commentaire en tout cas
      A bientôt !
      Olivia et Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *